Accueil
Professionnel
Liens

Le blog, les news, les potins,...

Au dessus de Leysin... et de la brume !

Publié le 12 Novembre 2022

Une belle balade aujourd'hui pour se trouver au dessus du brouillard.

Départ du Luan, je suis monté du côté d'Aï avec l'idée d'essayer de monter à la tour. Suis presque arrivé en haut, mais les dernières dizaines de mètres sur un sentier enneigé au dessus de ... ben, un sentiment de vide.... m'ont fait retourner sagement en arrière.

Suis remonté le long des télés pour revenir par la Chaux de Tompey et les Agittes. Retour par la route du tunnels... ce qui m'a permis de constater que de nouvelles voies d'escalades partent depuis les "fenêtres" de celui-ci.

Belle journée. Températures bien douces pour la saison, surtout au soleil.
Beau au début, mais ça se couvre en cours de journée.

Boucle très sympa.


Bretaye et Col de la Croix

Publié le 28 Octobre 2022

Encore une belle journée où cela valait la peine de prendre congé. Train jusqu’à Aigle et puis, longue montée par des chemins et petites routes (option gravel). Vraiment sympa, car on évite tout le trafic. C’est bucolique, mais ça monte.

Itinéraire : d’Aigle, monter en direction du parc Aventure, puis Verschiez. De là, un chemin dans la forêt monte à Panex. Prendre la route jusque vers Plambuit. Puis, prendre à droite direction Bretaye par la Truche. Belle longue montée sur une petite route. Un peu au Nord, donc à éviter s’il fait froid. Depuis la Truche, changement d’orientation et d’ambiance. Ca chauffe ! Encore une courte montée pour arriver au Col de Bretaye.

La suite est fort sympa. Chemin caillouteux passant devant le Lac de Bretaye, puis au dessus de celui des Chavonnes. On retrouve le bitume et on remonte sur Vy Boveyre. Redescente jusque vers 1’554 m. Là, on prend un chemin cailloux à droite qui monte à nouveau. Il fait ensuite traverser les pistes de skis des Diablerets. Après la traversée, rejoindre la route du Col de la Croix pour env. 100 m de montée.

La visite des pyramides de gypse au dessus du col était bien sympa. Le sentier demande parfois un peu d’attention, surtout quand on a des baskets qui n’adhèrent pas trop. La tarte de la buvette était très bonne.

Longue descente par Villars. Trop de travaux sur la route d’Ollon, j’ai pris par Forchex, puis Antagnes. C’est bucolique et ça évite pas mal le trafic. Depuis Ollon, retour à Aigle, mais comme j’avais un peu de temps, j’ai poursuivi le long du Rhône pour revenir sur les Grangettes par la passerelle du Bouveret. J’ai repris le train à Villeneuve.

Encore un super tour et une belle journée d’arrière saison. Hormis un peu frais au petit matin (encore que ça réchauffe vite en montant), il fait incroyablement doux. C’est bien pour profiter de faire de beaux tours, mais ce n’est pas normal


Vélo, montagne et soleil….

Publié le 19 Octobre 2022

Le tiercé gagnant !
S’il y a un jour où il valait la peine de prendre congé, c’était bien celui-ci !

Cela faisait un moment que l’idée d’aller rouler un peu au dessus du Col des Planches me trottait dans la tête. Je ne pensais plus trop le faire à cette saison, car à l’ombre, ça caille. Mais ces jours-ci sont vraiment exceptionnels. Donc, feu patate !!!

Un petit échauffement pour rejoindre la gare de Lausanne, et puis en train jusqu’à Martigny. Départ à l’ombre pour rejoindre Charrat (la seule partie où j’ai eu un peu froid). De Charrat, montée par Vison, par une petite route qui rejoint Sapinhaut. C’est toujours à l’ombre, mais dans l’effort, je n’ai plus froid.
La suite par l’Arbarey et Boveresse. Peu avant le col, la route n’est plus goudronnée, mais elle est bien roulante. J’ai continué un peu au dessus du col pour prendre le pique-nique vers la réserve d’eau. Descente sur le Col du Tronc, puis une variante sur un chemin un peu moins roulant, mais agréable quand-même. Du Col des Planches, je suis descendu direction Vens jusqu’à un grand virage. De là, magnifique traversé un peu méditerranéenne pour rejoindre Chemin-Dessus.
J’ai suivi une variante par Surfrête et les Escotaux. C’est magnifique, mais assez «montagnes russes». Et il y a de petites montées, bien raides et bien casse-pattes. Heureusement, courtes.
Grosse descente à Martigny.
De là, c’était un peu tôt pour reprendre le train. J’ai donc poursuivi en descendant le Rhône. Je reprendrai le train quand j’en aurai assez. Bon, ça roule bien et c’est sympa, même si un peu plat.
Fin du voyage à Aigle… enfin, encore quelques tours de pédales de la gare de Lausanne à chez moi.

Content de l’avoir fait. De plus, dans des conditions optimales. Avec l’ambiance automnale, c’était vraiment parfait. De plus, l’itinéraire à vélo est vraiment classe.
Les mélèzes sont bientôt à point pour une belle rando.


Un peu de Sud avant l’hiver

Publié le 02 Octobre 2022

Cela faisait un moment que l’idée d’aller en Ardèche me trottait dans la tête. Le plan initial était d’y aller en train pour effectuer une traversée. Comme la météo n’était pas certaine et que je m’y suis pris tard (certains trains marquaient complets), la décision a été d’y aller en voiture. L’inconvénient : ce ne sera pas une traversée et il faut conduire. Les avantages : plus de flexibilité pour changer de coin et d’activités – j’ai pris mes affaires de rando au cas où…. Mais je ne les ai pas utilisées.

Les premiers jours se feront à partir d’un petit hôtel, «chez la Mère Biquette» perdu au dessus de St-Pons. Pas possible de faire plus calme. La nourriture est vraiment remarquable. Un endroit idéal pour rayonner aux alentours. Du dimanche au mardi, c’était de belles promenades sur le plateau de Coiron, Alba la Romaine, la vallée de l’Ibie, Privas et la jolie vallée remontant à Pourchères. Le dernier jour sera du côté d’Aubenas, Vogüé et Balazuc.

Mercredi, petit voyage pour aller poser la bagnole à Vallon Pont d’Arc. Descente des magnifiques gorges de l’Ardèche. Très belle route également. Mais je pense qu’il vaut mieux éviter d’y être en été quand il fait chaud et qu’il y a beaucoup de monde. Retour par Bidon et St-Rémèze : un peu monotone par contre, cette traversée de forêt-garrigue.
Changement de région et nuit à Vaison-la-Romaine. Très joli centre-ville historique. L’idée est de se rapprocher de la région du Ventoux, que j’espère tenter le surlendemain.

Le jeudi, j’avais prévu une promenade tranquille vers Bédoin et les gorges de la Nesque. Donc, la grosse bouffe du soir avant n’était pas la meilleure des préparations pour la montée au sommet. Seulement voilà, la météo du jour est belle et celle de demain est plus incertaine. Un tien valant mieux que deux tu l’auras, je vais aller en haut aujourd’hui. Arrêt à Bédoin : comme je ne veux pas faire un aller-retour : j’irai à Malaucène par le petit Col de la Madeleine. Ca rajoute un peu de dénivelé et de distance mais ça va. La suite est une longue montée (env. 21 km) avec des passages plus ou moins pentus, mais jamais extrêmes non plus. Le sommet est vraiment particulier : un peu lunaire. Pas mal de cyclistes. Belle grande descente ensuite pour retourner à Bédoin.
Nuit sur place.
Le jour suivant sera le tour du Ventoux par les Gorges de la Nesque. C’est vraiment à faire. Les gorges sont chouettes : au début, on se dit que c’est sympa, mais ça ne vaut pas l’Ardèche. Au fur et à mesure de la montée, cela devient bien panoramique. Très jolie route en montée constante, mais modérée. Super beau. Arrêt repas à Sault, puis gorges du Toulourenc. Encore un petit crochet par Suzette pour admirer la région Montmirail.
Le samedi, encore une petite boucle au dessous de Bédoin pour se dégourdir les jambes avant la longue route du retour.

Très beau séjour et bien diversifié. Deux magnifiques régions à visiter. La région du Ventoux est vraiment un paradis des cyclistes. Beaucoup d’itinéraires de tous niveaux à faire. Il y aurait moyen de pousser sur le Lubéron ou la Drôme au Nord, voire de mixer avec un peu d’escalade. Je compte bien y retourner pour explorer encore un peu. Mais dans l’entre-saison, bien sûr.

Finalement, la météo était mieux que prévu. J’ai eu un peu de pluie le dimanche et le vendredi, mais rien de trop gênant. Températures assez fraîches pour la saison.


Autour du Mont Tendre

Publié le 04 Septembre 2022

Avec cette belle journée qui s’annonce, je voulais retourner du côté des crêtes jurassiennes pour découvrir de nouveaux chemins, mais aussi en redécouvrir d’autres.

Tout d’abord de la route pour atteindre Montricher. Ces petites routes peu fréquentées sont bien chouettes, surtout un dimanche matin. De là, montée en direction du Mont Tendre et séance papotage avec un cycliste qui montait jusqu’en haut en faisant un assez grand tour. Je quitte la route et mon compagnon de montée pour prendre le chemin à gauche dans la forêt. Montée assez agréable pour atteindre le Pré de Mollens. Nouvelle séance papotage avec le gars de l’alpage et 2 VTTistes. Chemin peu marqué, mais confortable pour rejoindre le Pré de Ballens. Passage d’un petit collet et descente par le Pré de St-Livres. Je rejoins une petite route pour remonter vers la Cabane du Cunay. Montée courte, mais rude et pas facile à la cabane, puis à l’antenne (bon, j’avoue j’ai posé le pied quelques fois).
Descente sur la petite route jusque avant le chalet des Combes et on trouve la piste VTT (ou de ski de fond en hiver). La suivre pour atteindre le Pré de l’Haut. Traversée de pistes dans les champs vraiment sympa et plutôt agréable, car le sol n’est pas trop dur et ça roule pas mal.

Remontée à la buvette de Chatel pour se sustenter (important, l’alimentation). La roesstiflette était très bonne. Encore un chouette séance de papotage avec deux jeunes cyclistes très sympa… du coup, longue pause.

Descente sur Vaulion et Juriens. Petite remontée à la Praz pour rallonger le plaisir. Une belle descente et ce sera la fin de l’épopée jurassienne. Il restera bien sur encore un bon bout pour revenir au bercail.

Journée tip-top : paysages magnifiques, tour très sympa, pas mal de papotage et bien mangé. Que demander de plus ?


La nouvelle monture

Publié le 20 Août 2022

Cette fois c’est fait !! Mon nouveau compagnon pour aller explorer les chemins de sous-bois et de montagne.

Après quelques kilomètres, je suis vraiment content. Ca roule bien, même sur le goudron. Que du bonheur !

Je me réjouis des aventures à venir.


Blés et tarte aux mûres

Publié le 14 Août 2022

Une fois n’est pas coutume, un week-end de piquet sera l’occasion d’explorer un peu les randos des blés. Après le parcours VTT de juillet, découverte du parcours fitness. 26 km au départ d’Echallens.

Un petit tour vraiment sympa à faire en Gravel. Très plaisant, avec des parties qui grimpent ou descendent un peu, mais c’est court.

C’était l’occasion de la dernière sortie de la sécheresse (enfin, j’espère), car c’est vraiment sec et bien jauni.

Avant la balade, j’étais déjà sorti ramasser des mûres. Histoire de finir la journée avec une bonne tarte !

Journée sympa au final, et quasi pas mouillé.


De Bâle à la Givrine, traversée du Jura

Publié le 28 Juillet 2022

C’est une escapade qui me trottait dans la tête depuis un moment déjà. L’année passée, j’avais renoncé à cause de la pluie. Cette année, j’ai hésité à cause de la chaleur. Mais j’ai fini par me décider et j’ai bien fait. C’était le bon moment, en fait.

Une magnifique traversée par des endroits que je connais partiellement (je ne suis pas jurassien pour rien) et d’autres lieux que je découvre. Il y a une belle diversité de paysages et d’ambiances : des pâturages typiques avec les chevaux, les cités horlogères telles que le Locle, les villes médiévales de St-Ursanne et Porrentruy, les lacs, les crêtes. Tout y est.
Il y a beaucoup de simplicité et de chaleur humaine dans les gens rencontrés. C’est aussi cela, la beauté du voyage.

L’itinéraire jour par jour.
1er jour (le dimanche). Lever très tôt pour être à Bâle à 8h. Aïe. Mais il s’agit de prendre de la hauteur avant la canicule. Route VTT 3 jusqu’au Challpass. Très vite, on quitte les quartiers résidentiels pour rejoindre les collines avec vergers. Montée sous le Blaueberg. Du Challpass, route no 7 pour rejoindre Kleinlützel et suivre un bout la route internationale. Puis, monter sur Roggenburg, Ederswiler et Movelier. De là, dure montée à Pleigne (17%). J’ai continué sur les plateaux pour rejoindre la piste VTT qui mène aux Ordons. Descente au Col des Rangiers pour une mémorable tarte aux abricots. J’ai encore suivi l’itinéraire VTT pour descendre sur Derrière Mon-Terri, par des petites routes. Continué sur Courgenay et arrivée à Fontenais pour passer la soirée chez des amis
2ème jour : c’était un peu famille avec des visites à Courtedoux et Porrentruy. La météo n’étant pas très sûre, je ne tarderai pas trop pour monter aux Chainions (rude) et redescendre sur Seleute et retrouver l’itinéraire vélo. Comme la météo tient quand-même, je suivrai l’itinéraire VTT pour descendre à Ocourt et remonter par l’autre rive du Doubs jusqu’à St-Ursanne.
Soirée très chouette et terrasse au bord de la rivière. Vraiment top. Les deux premières journées ont été très chaudes. Une petite perturbation dans la nuit fera baisser les températures et rendre le reste du voyage très agréable.
3ème jour : j’ai longé le Doubs et remonté sur Tariche, puis c’est une montée raide sur Montfavergier. J’ai testé les limite du Gravel (et de mes mollets). Quelques sections où j’ai du pousser ou poser le pied. Bon, c’était court et au final, ça passe pas mal. Et l’itinéraire est chouette.
La suite se fait sur l’itinéraire vélo classique. De Saignelégier, continuer par les Breuleux. J’ai fait une petite variante pour traverser le Mont Soleil d’Est en Ouest.
Pause café sympa chez l’Assesseur. Un restaurant très joli. Suite de la route à vélo, puis descente sur le Locle pour passer la nuit.
4ème jour : du Locle, monter à la Brévine. J’ai un peu suivi l’itinéraire VTT pour monter la Combe des Roussottes. Puis, je suis allé rejoindre l’itinéraire vélo 54. Au Lac de Taillères, j’ai fait un tour par derrière. Puis, continé la route à vélo par les Verrières et longue remontée à la Côte-aux-Fées. Retour dans le pays de Vaud par l’Auberson. Montée au Col de l’Aiguillon par l’itinéraire VTT. Puis, je continue en montant par Grange-Neuve, la Sagne pour rejoindre la Poyette. Un bout, assez court également, où il a fallu pousser. Rien de terrible, ça passe assez vite. Longue descente sur Ballaigues. La route à vélo est fermée en direction Vallorbe. Il a fallu prendre la route principale… un peu l’impression de rentrer sur une autoroute à vélo. Heureusement, je n’étais pas seul. Peut-être un des moments les plus désagréables. Monter de Vallorbe jusqu’au dessus du Pont (petite variante) et descente sur l’Abbaye, pour varier les paysages. Retour au Pont pour la nuit
5ème jour : monter en grande partie par l’itinéraire VTT pour rejoindre la forêt du Risoux et passer par la Grande Teppe. C’est sauvage et ça fait prendre de la hauteur. Retour ensuite sur la route après le Lieu et aller au Sentier. De là, la grande montée de la route vélo 7 au dessus du Brassus pour atteindre la Combe des Amburnex. La suite est très jolie. Au grand virage à gauche, j’ai continué tout droit par les chemins entre champs et forêts pour rejoindre la Givrine. Un peu rock’n’roll et potentiellement paumatoire… mais ça c’est bien passé. Arrivée à la Givrine juste avant midi. Mission accomplie !!
Ensuite, descente sur St-Cergue, Arzier pour revenir à l’Isle par l’itinéraire des pieds du Jura et rentrer à la maison.

Ca a été une belle expérience. J’ai un peu mixé pour éviter, autant que possible, les grands axes. Aussi, j’ai trouvé que certaines variantes pouvaient être intéressantes. J’ai aussi essayé des options assez «Gravel»… parfois, un peu trop… mmh, peut-être pas.


Rando des blés à vélo

Publié le 16 Juillet 2022

Par ces chaudes journées d’été, je me dis que rouler le matin par monts et par vaux pourrait être une bonne idée.
Cela fait un moment que ces parcours de la Rando des Blés m’intriguent. J’avais déjà été dans le coin le week-end dernier, en empruntant des bouts de ces tracés (j’avais fait un mix).

Cette fois-ci, j’essaierai la boucle courte Rando des Blés - VTT Parcours C.

Un parcours très varié dans cette jolie partie du Gros-de-Vaud. Cela commence par des chemins alternant une belle vue sur champs et des parties plus forestières. C’est agréable à rouler. Puis, descente sur la Menthue. Pour remonter de l’autre côté, il faut pousser le vélo (même à VTT, sur un courte section, je pense). Puis, ça monte et ça redescend dans le vallon par des parties bien boisées et potentiellement boueuses. Heureusement, c’est sec. Quelques sections demandent de l’attention en Gravel, voire de passer à pied.
Remontée à Possens, puis traversée sur Possens par un chemin forestier. La descente sous Montaubion exige de rester un peu concentré. Puis, remontée par Dommartin et continuer jusqu’à Bottens. Encore quelques petites variantes. Puis, redescente par une route raide, mais goudronnée, pour rejoindre le Talent.

Vraiment très chouette itinéraire. En Gravel, je pense que je n’irais pas pendant qu’ils font le tour, car il y a des endroits où il faut rouler assez prudemment. Il vaut mieux aussi avoir un vélo solide et être à l’aise. Sinon, je pense qu’en VTT, ça doit être bien plaisant aussi.

Une matinée bien passée. Même pas trop chaud :-)


Vélo et baignade

Publié le 03 Juillet 2022

Vive l'été! Il fait chaud, même si on est loin de la canicule. Pourquoi ne pas aller se rafraîchir ?
Balade jusqu'à la plage d'Yvonand. Belle plage, même si bien fréquentée.

Température de l'eau tip-top. Bon, sympa pour la trempette, pour la natation un peu moins, car il faut aller bien loin pour vraiment nager.

Un peu de tourisme au retour avec un crochet pour voir la falaise de la Baume de plus près. Pas grimpable, mais très beau point de vue.

Puis, un long retour par monts et par vaux... il faudrait un deuxième lac :-)


Un peu de Broye et de Jorat

Publié le 26 Juin 2022

Grisouille le matin, difficile de se décider. Rando ? Vélo ? et ou ?
Selon la météo, cela devrait s'améliorer. Alors feu pour un tour à vélo.

Je me dis qu'aller du côté d'Estavayer serait pas mal. Je monte d'abord du côté Froideville, puis Thierrens pour la sympathique descente sur Estavayer. Puis, la route à vélo pour Payerne. Là, je peine à trouver une terrasse sympa. Finalement, la pizzeria sera pas mal. Pizza/panaché, ça requinque !
Pour la digestion, j'ai suivi la Broye jusqu'à Moudon. Puis, il faut bien remonter: Hermenches et Villars-Mendraz. Retour par le Chalet-à-Gobet pour la descente finale sur la maison.

Une belle journée avec une météo très chouette. Un peu couvert jusque vers midi. Puis grand beau. Assez chaud, mais pas trop (rien à voir avec le week-end dernier!).


Suisse Orientale, vers le Säntis

Publié le 20 Juin 2022

Un long week-end pour partir un peu en exploration. Les idées n’étaient pas fixées au départ, mais on savait qu’il faudrait s’adapter aux températures caniculaires.
On pensait aller en Autriche, mais la perspective de faire de longues routes de montagne sous un soleil de plomb ne nous enchantait pas. Il faudrait avoir des ambitions réalistes, faire des étapes courtes et éviter l’effort en pleine chaleur.

Départ pour St-Gall. Au premier jour, on suit la route à vélo jusqu’au dessus de Rehetobel (rude sous le soleil). Puis, Wald et le magnifique village de Trogen pour midi. Montée au Ruppenpass, puis route à vélo/VTT passant sur la crête du Kellersegg. Descente sur Gais et Appenzell pour un peu de tourisme. Beaucoup de monde, étonnant pour un vendredi hors vacances. Nuit dans un hôtel un peu à l’ancienne, non sans charme, à Weissbad.
Le lendemain est annoncé encore plus chaud, on passera sur le flanc Nord du Säntis par le chemin VTT menant à Schwägalp. L’idée initiale était peut-être de monter à pied au sommet. La montée au col était magnifique, mais ça chauffe en haut. Si bien qu’on laissera tomber la rando, car long et très chaud. On flânera là-haut jusqu’en milieu d’après-midi. Descente par quelques variantes pour atteindre Nesslau. De là, on suivra la route pour remonter à Wildhaus pour la deuxième nuit. Très bon restau thaï.
3ème jour annoncé encore plus chaud. Montée directe par la route VTT menant au Voralpsee. On laissera les vélos à l’alpage de Witi pour randonner jusqu’au col Nideri qui permet de redescendre sur Walensee. Retour aux vélos pour une longue descente dans une atmosphère toujours plus chaude jusqu’à Grabs. De là, l’itinéraire à vélo est (presque) un long fleuve tranquille pour atteindre St Margrethen, le long du Rhin. Heureusement, c’est facile et il y a un vent qui nous pousse un peu. La chaleur reste supportable.
Après une dernière nuit, incursion côté autrichien pour une balade entre le Rhin et le vieux Rhin. L’endroit rappelle un peu l’arrivée du Rhône dans le Léman, aux Grangettes. Mais en plus grand. Jolis paysages entre zones rurales et marécages propices à la faune locale.
Route jusqu’à Romanshorn, en visitant le pittoresque village d’Arbon. Une fois à Romanshorn, un bon bain dans le lac, bien mérité.

Malgré la chaleur, le voyage était très chouette. Certes, il a fallu adapter et garder les ambitions réalistes. Découvertes de très beaux paysages et des chemins de montagnes magnifiques à rouler. Les différents villages et villes ont gardé un caractère authentique.

Très beau voyage dans un coin de pays que je ne connaissais encore pas.
Vélo et montagne, à refaire, c’est sûr !


La Gruyère – par monts et par vaux

Publié le 12 Juin 2022

C’est une belle journée qui s’annonce, je vais aller un peu plus loin pour une fois. Direction Romont en train pour un tour que j’avais déjà fait, mais cette fois-ci avec quelques variantes.

Tout d’abord, ça commence en mode touriste avec une balade au château. C’est sympa. Puis, on entre dans la campagne, en suivant les itinéraires à vélo jusqu’à Massonens. Passage par la Combetta et descente sur Villargiroud pour reprendre la route de Vuisternens-en-Ogoz. Montée sur Pra Saley pour redescente sur une piste un peu improbable, mais assez drôle. Puis, j’ai du louper un embranchement, car je suis redescendu sur Geneivroz pour rejoindre la route à vélo… Pas optimal, mais c’est la vie. Puis, direction Bulle en revenant par Morlon.
Bonne pause terrasse – burger pour reprendre des forces (il en faudra pour la suite)
Montée direction les Paccots par l’itinéraire que j’avais bien aimé. Ca passe par le Carry, puis il y a pas mal de forêt. Appréciable.
Je continue par Rathvel et la route entre la Frasse et le Niremont pour une vue plongeant sur les Paccots et le Léman.
Descente par Oron, puis retour classique par Mézières et le Chalet-à-Gobet.

Un très bel itinéraire bien varié et très sympa. Il faisait chaud, mais ça restait supportable, d’autant plus que les plus fortes montées étaient souvent en forêt.


Promenade à Anzeindaz

Publié le 11 Juin 2022

Belle balade printanière avec des amis et leurs enfants sur les hauts d'Anzeindaz.

La journée est très belle. Chaude, mais pas trop. Avec une petite brise en haut.
Montée au Col des Essets
Quelques rares névés résistent et permettent de faire quelques boules de neige.
Sur le chemin, on peut un peu tester les blocs... hmmm, ça donnerait presque envie de retenter de crapahuter.
S'arrêter pour se tremper les pieds dans le ruisseau et observer une marmotte.
...Pour finir par manger une excellente tarte au refuge Giacomini.

Journée sympa là-haut.


Vallée de Joux et variantes

Publié le 26 Mai 2022

Ascension, ça parle de monter, non ?

La journée est idéale pour prendre un peu de hauteur. Températures plutôt agréables (loin de la canicule du week-end dernier). Hormis une certaine brise, pas trop gênante, c’était parfait. Quelques nuages et un peu plus frais sur les crêtes.

L’idée est, à nouveau de monter à la Vallée de Joux, s’arrêter à une bonne terrasse du côté du Sentier, tout en évitant les cols du Mollendruz et Marchairuz.

Départ de Cheseaux, descente sur Bavois en passant par Oulens. La montée commence tranquillement pour rejoindre la Sarraz, puis Moiry, Juriens et Premier pour la partie échauffement. Ensuite, c’est une petite route de Vallorbe qui n’est pas très plate, mais qui redescend sur le village. De là, ça grimpe pour atteindre le Pont par l’itinéraire à vélo. Très agréable dans la forêt, avec quelques petites côtes qui font chauffer les mollets. Du Pont, suivre la route à vélo par le Lieu pour attendre le Sentier. Arrêt sur une terrasse et bon burger pour reprendre des forces.
Digestion facile entre le Sentier, l’Orient et les Bioux. Ensuite, les choses sérieuses commencent.
Montée efficace pour atteindre le Chalet du Grand Essert par Bioux-Dessus. Légère descente puis, ça remonte pour atteindre le Croset au Boucher. Là, ça devient une piste un peu herbeuse, mais comme c’est peu raide et sec, ça passe super bien. Continuation pour passer devant le Chalet des Combes. On retrouve le bitume et après une courte montée, j’atteinds le col sous la Cabane du Cunay.
Longue descente sur Bière. Puis, Ballens et Apples. Comme je ne cherche pas à faire au plus court, je pousserai sur St-Saphorin, puis Echandens. Retour le long de la Venoge et montée sur Vufflens-la-Ville (j’ai toujours fait cette partie dans l’autre sens et je me disais que je n’aimerais pas la montée… je confirme.. un 15 % qui se raidit progressivement. Tuant!). Ensuite, ça continue, mais un peu moins raide pour atteindre Sullens. Retour tranquillou depuis là.

Une belle grosse journée et bien variée. Très chouette. Bon, mes guiboles me font comprendre qu’elles ont un peu trop travaillé en cette journée de congé.


Au pied du Jura

Publié le 22 Mai 2022

Encore une chaude journée, mais assez couvert le matin. Grâce aux nuages, les températures sont restées à peu près acceptables.

Jolie boucle par Chavornay, Yverdon jusqu’à Grandson. De là, on quitte le lac pour remonter sur Champagne en longeant l’Arnon. Puis, belle montée par Vaugondry pour atteindre Villars-Burquin.
Descente à Champvent et une variante par la place de tir pour atteindre Vugelles. Remontée de la rivière par Vuiteboeuf (arrêt pour se restaurer…. Il faut reprendre des forces) et jusqu’à Baulmes. Puis, route par les Clées, remontée à Bretonnières, Romainmôtier. Descente sur Moiry par la belle forêt. Continuation sur l’Isle pour la traditionnelle confiserie.
Descente sur Eclépens par Chevilly et la Sarraz. De là, remontée par la Tilèrie pour rejoindre la route d’Oulens.
L’itinéraire traverse des endroits magnifiques. Le point de vue depuis Villars-Burquin vaut le détour. L’ambiance champêtre le long de l’Arnon est très plaisante.
Nous étions 3 pour ce joli tour.


Tessin : sur la route et à pied

Publié le 30 Avril 2022

Quelques jours de vacances. Le but est de faire du vélo et un peu de tourisme.
L’idée initiale était l’Ardèche en itinérance avec voyage en train. Mais la météo n’était pas très sûre et la perspective de rouler sous la pluie m’emballait moins. En plus, l’idée de me faire trifouiller le nez pour entrer dans le pays et porter un masque dans les transports m’a convaincu de changer de plan.

Finalement, le Tessin semble pas mal. J’étais un peu sceptique pour y rouler, car c’est vite raide et étroit. L’option est finalement d’y aller en bagnole, d’y mettre le vélo et les affaires de vélo et de rando. Puis, trouver un pied-à-terre sympa (c’est important aussi). De là, on verra en fonction de la météo et des envies.

Les 3 premières nuits se passeront à Sessa, près de Ponte Tresa. L’idée est de rester dans un coin encore pas trop montagneux pour rouler.
Jour 1 : vélo. De Sessa, traversée de la frontière et rude montée à Viconago. De là, rester dans les hauteurs et continuer sur Marchirolo pour rejoindre le bord du lac à Brusimpiano. Très chouette partie. Puis, Porte Ceresio. Le bord du lac qui ramène en Suisse offre de beaux coups d’oeil sur Morcote. J’ai continué jusqu’à Riva pour revenir sur Melide. Là, ça devient «touriste». Arrêt à Morcote pour recharger le cycliste (c’est à dire, bien manger et boire) et également un peu de balade à pied pour la vue.. et dégourdir les jambes. Super chouette. J’y étais venu en hiver. Mais à cette saison, c’est bien plus agréable.
Suite sur Agno. Et un peu de montagne en montant à Novaggio et Astano pour revenir sur Sessa. Le mauvais temps arrive.
Jour 2 : Il pleut. Bon, ben pas de vélo aujourd’hui. Un peu de rando, mais où ? La météo prévoit l’amélioration vers la mi-journée. J’irais au Monte Lema. Début de la marche vers 11h. Heureusement, la pluie s’arrête, mais c’est brouillard et humide. De Lema, promenade sur la crête en direction du Tamaro. Arrêt vers Pola. Il faut revenir et redescendre. Bon, l’ambiance était chouette entre nuages et beau temps. Mais pour la vue, c’était pas ça

Pour les 3 dernières nuits, ça se passera à Losone pour aller explorer les vallées.
Jour 3 : le soleil revient. Je change de coin et ce sera vélo au Val Verzasca. Bon, comme j’ai la bagnole, je triche un peu et je pars depuis le barrage. Ca m’évite la première montée raide.
Remontée de toute la vallée jusqu’à Sonogno. Bonne Polenta-fromage pour me requinquer. Encore un peu de montée pour atteindre l’alpage de Cabioi. Petite descente et visite de la cascade à Froda.
Puis, ça descend tranquillou à vélo. Finalement, ça va pas trop mal côté circulation. Mais je pense qu’en haute saison le week-end, ça doit être moins drôle.
Jour 4 : Aujourd’hui, ce sera la Maggia à vélo. Jusqu’à Bignasco, il y a un itinéraire cyclable qui évite la route principale la plupart du temps. Et ça monte assez doucement, c’est cool. Il y a quelques kilomètres sur route, mais la piste cyclable est en construction. Quand ce sera terminé, il ne restera vraiment plus beaucoup de route. Et puis, côté circulation, ça va bien. La route est large et il n’y a pas trop de trafic. Après Bignasco, ça se gâte : c’est bien plus raide et l’objectif est de monter à Fusio. Arrêt à Peccia pour requinquer le cycliste. J’ai trouvé un ravissant Grotto au bord de la rivière. Très joli. Le seul problème c’est qu’il faut descendre d’une bonne 50aine de mètres. Et ensuite, la montée à Fusio, elle tape dur ! Mais ça ce fait. De là, je suis encore monté au Lago del Sambuco. Belle tirée, mais très joli en haut. La redescente est sympa !
Jour 5 : Encore du vélo : cette fois-ci dans la vallée Onsernone. Montée à Spruga. Redescente au Ponte Oscuro pour remonter le val Vergeletto. Encore plus rustique. Bonne Lasagne à Zott et je continue jusqeu’à Alpe del Casone. Le dernier bout est rude.
Cette vallée est un véritable voyage dans le temps. C’est assez physique, mais qu’est-ce que c’est joli. Ca fait penser à certaines vallées dans des contrées lointaines. Les routes sont étroites, je crois que c’est plus sympa à vélo qu’en bagnole du coup. Peu de trafic, d’ailleurs. Sûrement ma plus belle sortie à vélo du séjour. Ce coin est vraiment charmant et rustique.
Retour en plaine, un peu de flânerie et de tourisme entre Locarno et Ascona. Mmmh, une bonne glace au bord du lac à Locarno, puis la Pizza à Ascona, quasiment les pieds dans l’eau, trop bien !!!

Au final, j’ai été agréablement surpris avec le vélo. J’avais en tête un trafic de fou, des routes raides et étroites. Au final, en choisissant bien (c’est sûr qu’il vaut mieux éviter le Centovalli ou la montée au Ceneri), c’est très sympa. Bon, il faut pédaler, mais c’est vraiment chouette. Et puis, le vélo permet d’explorer des endroits là où c’est trop long à pied et où la voiture et les transports en commun ne donnent pas l’occasion de s’arrêter selon les envies.

Du coup, pas beaucoup de rando. Il faut dire qu’il reste de la neige en altitude. J’ai un peu marché lors de mes tours à vélo, mais pas beaucoup.

Des vacances comme je les aime. Les paysages sont magnifiques et c’est la belle saison.


Rando estivale sur Fully

Publié le 16 Avril 2022

Chaud, aujourd'hui!

On avait choisi d'aller à l'abri de la bise et chercher le soleil. La région Branson-Fully n'a pas déçu. Quel tiaffe en commençant la montée. Heureusement, la suite est principalement à l'ombre.

On est passés sur Jeur Brûlée, pour monter à Plan Pertuis. On n'a pas continué sur Six Carro, mais on est redescendus par Champex pour revenir sur Branson, le point de départ.

Très belle rando efficace dans le dénivelé. Ambiance un peu méditerranéenne et belle vue. Sommets encore enneigés, mais ça fond vite.


Dent de Vaulion

Publié le 15 Avril 2022

Pour une montée vers Pâques... c'était bien sympa.

Ca donne envie de recommencer les formules "vélo en montagne"
Sinon, la combinaison vélo et rando, c'est sympa aussi. Hem.. le ratio marche - vélo est quand-même un peu faible côté marche :-)

Températures idéales pour rouler, hormis une petite bise. Dommage que c'était un peu grisouille au sommet. Sinon, top !
Vers le Mollendruz, je suis remonté sur Boutavent, histoire d'explorer. J'ai pas été assez joueur pour continuer sur Chalet-Lyon, mais bon....

Quelques tours et détours une fois en plaine pour faire durer le plaisir.

Super journée!


Les week-ends de piquet...

Publié le 10 Avril 2022

Ca ne va jamais bien loin....

Mais finalement, il y a de quoi faire entre balades forestières et vélo. Finalement, une combinaison assez agréable à cette saison.

Journée relax, quoi


Tour du Pèlerin

Publié le 27 Mars 2022

Un beau week-end de printemps.
Déjà hier, je me suis un peu amusé dans les forêts.

Belle journée en petite équipe pour aller faire le tour du Mont Pèlerin et faire un petit arrêt pâtisserie-terrasse. Que du bonheur !

Conditions vraiment bonnes. Températures agréables, même si le fond de l'air peu être un peu frais le matin.
Vive le retour des beaux jours !....
Bon, il fallait profiter, le week-end prochain risque d'être moins printanier... L'occasion de ressortir le split ??


Le retour du printemps

Publié le 20 Mars 2022

A un jour près...
Après une sortie en surf, retour en mode printemps et balade.

La classique de début de saison du côté du Nozon. Toujours une plaisir de retourner là-bas.


Par monts et par Vaud

Publié le 13 Mars 2022

... avec mon vélo.

Ca sent le printemps. Les températures deviennent plus agréables. En fait, il fait encore un peu froid pour le short/t-shirt et limite un peu chaud pour les habits longs. Mais ça le fait bien.

Samedi entre le Gros-de-Vaud, la Menthue (très sympa) et le Jorat. Belle journée ensoleillée et super balade.
Dimanche, le pied du Jura par Romainmôtier, la Praz et longue descente jusqu'à Echandens pour remonter vers Villars-Ste-Croix et finir sur des sentiers VTT (un peu par erreur, mais c'était fun :-)

Beau week-end et retrouvaille de l'ambiance forêt et gravel. Les chemins forestiers deviennent bien praticables.


Après le surf...

Publié le 13 Février 2022

Le vélo...
Belle promenade entre les hauts de St-Prex et le pied du Jura.

Finalement, l'alternance snowboard et vélo (quand les conditions s'y prêtent) me convient bien.


Cully - Tour de Gourze

Publié le 06 Février 2022

Pas de montagne ce week-end, mais une jolie balade dimanche matin de le Lavaux avant l'arrivée de la perturbation annoncée pour la fin d'après-midi.

Températures plutôt agréables, à part un vent frais en haut.
Surpris de rencontrer un chamois peu farouche en chemin. Je ne savais pas qu'il y en avait ici.

Toujours une belle vue et puis aussi un bon exercice pour les cuisses.


Lac de Joux et Dent de Vaulion

Publié le 22 Janvier 2022

Une promenade assez tranquille.

De Pétra Félix, je suis descendu au Pont. Le lac n'est quasiment pas gelé, à part dans les bords.
Remontée et j'ai un peu flâné. Belle pause au soleil et à l'abri du vent au Chalet de Vaulion. C'est le meilleur endroit pour attendre le coucher du soleil.
Finalement, je suis monté au sommet. Bise froide et bien mordante, mais la vue est payante.
Descente rapide sur Pétra Félix. J'avais la frontale, mais je suis arrivé avant d'en avoir besoin.

Il n'y a pas beaucoup de neige et les sentiers sont bien tracés. Les raquettes sont inutiles. Par contre, les souliers chauds et bien profilés sont agréables. Les bâtons ajoutent du confort, car ça glisse un peu par endroits.

Belle après-midi et soirée.


Entre Mont Pèlerin et Moudon

Publié le 03 Janvier 2022

Une fort belle journée de printemps pour rouler !

Ca me fait un peu bizarre de me trouver en mode estival. Idéalement, c'est la saison du surf. Mais en regardant les montagnes, cela ne m'inspire guère.

Heureusement qu'il y a le vélo. Il fait un peu moins beau que samedi, il y a un peu plus de nuages: l'avantage est que ça rend les températures plus agréables pour l'effort (un peu moins en descente, mais ça va plutôt bien).

Agréable promenade du côté du Lac de Bret, Cremières et Chardonne pour la vue sur le Léman. Puis, il s'agit d'aller explorer un peu la Broye jusqu'à Moudon.

Une bien chouette journée qui ferait presque oublier le manque de neige. La période estivale semble toucher à sa fin, j'espère bientôt sortir le split à nouveau.


Chaud 1er janvier - à vélo

Publié le 01 Janvier 2022

2022 sera-t-elle l'année du vélo ?
En tout cas, cela semble bien parti pour...

Comme je n'avais pas envie de me lever tôt pour aller goûter de la soupe, avec les 10 degrés annoncés à 2'000 m et la pluie des derniers jours, l'option vélo était bien tentante.

En tout cas, c'était la bonne pioche: températures très agréables et soleil radieux (à part un court moment de brume le matin vers Cossonay).

Très beau tour qui m'amènera au Signal de Bougy. La vue sur les brumes du Léman était jolie. Bonne pause au soleil. J'ai continué sur Gimel et Bière pour revenir par l'Isle. Magnifique vue sur les montagnes, même si l'enneigement fait un peu peine à voir, notamment du côté des fribourgeoises. Les crêtes du Jura me semblent faisables à pied, c'est peut-être une idée pour demain ;-)

C'est rare de rouler avec des températures si agréables à cette saison. C'est clair que les parties à l'ombre sont un peu fraîches et humides, mais ça va encore bien. Presque un peu chaud au soleil ;-)

Quand c'est pas bon pour le surf, c'est souvent bien pour le vélo. Il faut savoir s'adapter.


Promenade hivernale - Mt Chesau et Pèlerin

Publié le 05 Décembre 2021

Pas de surf aujourd'hui, même si ça me démangeait.

Histoire de prendre l'air (et de manger quelques flocons), je suis allé me balader entre le Mt Chesau et le Pèlerin à partir de Cremières. Ca fait quand-même bizarre d'aller par là-bas sans le vélo pour une fois.

Pas trop de monde, c'est sûr. Ca se faisait bien à pied. Pas assez de neige pour les raquettes ou les lattes. Par contre, ça manquait un un peu de soleil. Juste quelques trouées vers la fin.

La promenade est quand-même assez chouette.


La première de l'hiver - aux Paccots

Publié le 28 Novembre 2021

Assez de neige ou pas ?
On a décidé à la der après avoir bien regardé les webcams. Direction les Paccots avec skis et surf.
Il n'y a pas trop de cailloux là-bas. Au pire, on randonnera à pied.
Départ du parking des Joncs, en bas des téléskis (fermés). La météo est au gris et à la neige - qui s'intensifiera en cours de route.
Il y a un peu de monde. Des familles avec enfants en bas. Mais aussi quelques skieurs, randonneurs à pied.
Première montée au Pralet, en passant par la Borbuintse et le haut du téléski. La crête sommitale est bien gratte-cailloux. Heureusement, j'avais ma vieille planche. Plus bas, ça passe bien, car c'est essentiellement des mottes.
Deuxième montée à Corbetta. Pas si mal. De visu, la couche est un peu trop mince pour descendre aux Ciernes. Donc, redescente jusqu'au parking et une remontée jusqu'au sommet du télé de Corbetta pour profiter de la neige. C'est pas si mal. On sent bien les irrégularités du terrain, mais c'est plutôt agréable. Ca manque juste un peu de pente pour le fun.
Un moment sympa en ambiance hiver et quel plaisir de retrouver les sensations de la glisse.
Finalement, aussi une occasion de tester le matos. Pour moi, c'est les boots. Bonnes sensations: elles sont adoptées !


Au dessus du brouillard

Publié le 20 Novembre 2021

Novembre, c'est la saison de la grisaille... enfin, en plaine. Dans ces cas-là, la meilleure solution est d'aller voir au-dessus. Bingo !

Avec un départ tardif, je ne suis pas allé trop loin. L'avantage de partir tard est que l'on profite des belles ambiances de fin de journée.

Itinéraire du jour: les Avants - Jor - le Paccot - Dent de Jaman - descente direction Allières jusqu'à l'alpage 1'240 m - Pierra Perchia - Col de Soladier - la Planniaz - Sonloup - Les Avants.

Très beau tour, même pas trop au frais. Journée au dessus du brouillard et des soucis des gens d'en bas. A part un peu de glace sous le Merdasson, conditions tip-top !


Loi Covid : quelle société voulons-nous ?

Publié le 06 Novembre 2021

28 novembre. Le peuple suisse se prononcera sur différents sujets. Dans le contexte actuel, la tension est forte, notamment autour de cette fameuse loi Covid.
Comme tout le monde, je n’ai pas échappé à toutes ces polémiques (à moins de vivre dans une grotte, on est tous concernés d’une façon ou d’une autre).

Au vu de mon post précédent à ce sujet, mon opinion n’est pas un mystère.
Néanmoins, j’ai fait mes devoirs et j’ai lu le texte de loi proposé. Par principe, il est toujours utile de lire la loi proposée avant de voter. C’est d’autant plus important que la question sur le bulletin ne reflète pas vraiment les enjeux de cette loi. Et ceux-ci sont majeurs pour notre société.

La loi apporte, certes, des modifications positives telles que la gestion des biens médicaux importants, l’aide à l’entrée dans la vie professionnelle et les aides financières (quoique, c’est sujet à discussion, sachant les difficultés que certains ont rencontré pour recevoir ces aides et aussi, certaines devraient disparaître de toute façon).

Mais il y a d’autres facettes :
Art. 6a : le certificat Covid. Si le certificat existe déjà, la loi en pérennise le concept et permet au Conseil Fédéral de l’utiliser à sa guise. On se souvient de l’historique de son application :
on nous avait dit que lorsque toutes les personnes à risques et celles qui le désiraient aurait été vaccinées, les restrictions tomberaient.
Puis, on a compris que le certificat serait uniquement pour voyager, ainsi que les grandes manifestations, mais qu’il ne serait pas étendu.
Lors de l’introduction de ce certificat, il a été dit qu’il serait maintenu jusqu’au 24 janvier 2022 avec possibilité de le retirer avant, si la situation le permettait.
On lit maintenant que le certificat durera au moins jusqu’en mars 2022. Il ne sera pas reconduit si la loi est refusée. Par contre, si elle est acceptée, que se passera-t-il ? Le concept sera écrit dans la loi et son utilisation future ne fait aucun doute : par exemple au travail, dans les commerces…
Tout ça pour uniquement pour «forcer à la vaccination» ? Et pourquoi pas à terme pour encourager les rappels ou autres raisons «sanitaires/sécuritaires» ?
Art 3b : le traçage des contacts, système TTIQ. A priori, une bonne idée, mais…. Comment sera-t-il effectué ? Est-ce par le QR code du certificat ? Quid des personnes n’en possédant pas ? Comment seront traitées les données, quelle sécurité ?

De plus, dans la loi, le Conseil Fédéral dispose d’un pouvoir de décision quasi-total (notamment en lisant Art 1a, 6). Quel rôle pour le parlement et, in fine, le peuple ? Qui assurera les contre-pouvoirs ?

Art 3a sur l’exemption de quarantaine des personnes vaccinées : c’est une farce ! Aucun vaccin ne prévient la transmission du virus à ce jour !! Il suffit de regarder les contaminations en Islande, Singapour et autres pays ou le taux de vaccination est très élevé.

La crise ne va pas s’arrêter grâce à l’application de la loi. Mais cette loi permettra de forcer les récalcitrants et de contrôler le comportement de la population. Demain, ce sera les non-vaccinés, qui seront déclarés coupables de l’épidémie qui dure (il faut bien trouver un bouc émissaire quand une politique échoue), après, ce seront les sceptiques de la 3ème doses, puis…
Le contrôle social est en marche !!!
Il n’est pas spécifique à la Suisse, mais nous avons encore l’occasion de nous prononcer sur le sujet.

Certains diront «Vous, les opposants, vous ne proposez rien pour sortir de la crise». Il y a des pistes : prendre soin de soi (hygiène de vie, sport) et des autres. Garder les gestes barrières, etc.
Assurer un système de santé performant…. On vote, justement à ce sujet le même jour, mais le Conseil Fédéral préconise le non, car c’est trop coûteux…. Il préfère dépenser pour convaincre, fliquer et atteindre ses quotas de vaccination), plutôt que d’investir dans la santé.

Il y en a qui diront aussi qu’on en fait trop, de toute façon, FB, Google et autres savent déjà tout. C’est pas faux et il est vrai que nous devrions être plus prudents dans les informations que l’on donne. Mais ici, il s’agit d’une loi qui va régir notre vie de tous les jours et pour longtemps. C’est un choix qui est loin d’être anodin.

Personnellement, je ne veux pas d’une société qui stigmatise, discrimine et contrôle. A défaut de résoudre la crise sanitaire, on expose notre société à un risque bien plus grave.

Il vaut la peine de lire le texte qui nous est soumis, de regarder les événements de ces derniers mois et de se tenir informés, en variant les sources d’information. Cela demande du temps et de l’investissement.
Et de voter…. L’enjeu est important.
Nous aurons la société que nous méritons.


Le grand air à la Chaux de Tompey

Publié le 03 Octobre 2021

Avant la perturbation annoncée pour la fin de l'après-midi, balade au-dessus de Luan.
Montée à la Chaux de Tompey par les Mandreys et le Col de Tompey. Suivre la crête jusqu'au haut des remontées à Chaux de Mont. Descente sur le lac d'Aï avec petite pause vers les maisons. Retour par les Mandreys.
On a évité la pluie, par contre, qu'est-ce que ça soufflait là-haut!
Très bien pour digérer le canard laqué d'hier;-)


Un peu de Lavaux

Publié le 30 Septembre 2021

Belle journée, mais avec une bise plutôt fraîche. L’idéal pour aller explorer le Lavaux.
Descente à Ouchy depuis chez moi. Bon, rouler en ville à vélo, c’est chiant, mais c’est pas pire qu’en voiture.
J’ai eu l’idée de faire la route du lac jusqu’à Vevey. A ces heures, la circulation est supportable. Par contre, il y a des travaux et des feux. Pas la meilleure partie.
La partie dans les vignobles est magnifique. Un paysage dont on ne se lasse pas. C’est bientôt le temps des vendanges.
Après Chexbres, j’ai continué par les hauts de Grandvaux (juste au dessus de l’autoroute), puis retour la Bile, la Tantérine et la Claies aux Moines pour un retour par le Chalet-à-Gobet.
Belle promenade, pas trop longue, au soleil et à l’abri du vent.
Je ne sais pas si c’était la petite forme - malgré le jour de repos d’hier, j’étais un peu raplapla – ou le fait que les passages dans les vignes sont assez physiques avec des petites montées qui cassent bien les guiboles, mais j’étais bien raide après le tour.


Vallée de Joux à vélo

Publié le 28 Septembre 2021

Encore une belle journée dont il faut profiter. Cela faisait un bon moment que je voulais remonter du côté du Lac de Joux.
Et c’est chose faite. En utilisant des variantes qui permettent d’éviter les Cols du Mollendruz ou Marchairuz. La partie entre les Bioux et Pré de l’Haut est originale et bien bucolique… enfin, ça monte quand-même pas mal par moments. Aussi, histoire de justifier le Gravel ;-)
En plus, de délicieuses lasagnes au Sentier…. Vraiment, la journée était top !

Itinéraire : Cheseaux – Daillens – Lussery-Villars – La Sarraz – Moiry – Juriens – Premier – Vallorbe – Le Pont (montée par le chemin no 7) – le Lieu – Le Sentier – L’Orient – Les Bioux – Chalet Neuf – Pré d’Etoy – le Mazel – Pré de l’Haut – l’Isle (pas de pâtisserie pour moi, aujourd’hui) – Moiry – La Sarraz et retour par Lussery-Villars et Daillens.


Tour du Lac de Neuchâtel

Publié le 25 Septembre 2021

La météo annonçait beau avec des nuages arrivant le soir. Brumes en début de matinée dans la région des 3 lacs.
Pour le beau et l'heure d'arrivée des nuages, c'était à peu près correct. Par contre, la brume a bien duré jusqu'à 10h30. On se serait cru en automne... hem, ah, on est en automne ;-)

C'est une réédition de ce que j'avais fait l'année passée, mais avec quelques modifications. On s'est retrouvé avec mon équipière du jour à Yverdon. On est allés jusqu'à Ins. Retour par Neuchâtel. Terrasse sympa au cercle de voile. On a suivi intégralement l'itinéraire à vélo, notamment sur Bevaix (je m'étais un peu planté l'année passée). C'est super joli.
Retour un peu par le gros de Vaud.

Belle longue journée. Parti aux aurores et arrivés peu avant la fin de journée.
Chouette!


Bivouac vers Chanrion

Publié le 23 Septembre 2021

Vive les vacances !
A défaut de partir loin, il y a moyen de se dépayser un peu. Alors, heureusement que le météo était bien clémente.
Quelques doutes en montant, car c'est déjà un peu blanc en haut suite aux précipitations de dimanche et lundi.
Au final, les sentiers s'avèreront tous libres de neige.
Départ d'un petit parking au dessus de Madzeria. Après Mauvoisin, passage par les galeries. Les photos d'époque sont intéressantes. On retrouve le soleil sur le barrage. Montée par les écuries du Gietro jusqu'au lac de Tsofeiret.
Il y a pire comme endroit pour passer la nuit. J'ai l'impression que je n'étais pas le premier sur cet emplacement. Tip-top en tout cas.
Malgré la neige pas loin, les températures resteront clémentes pour la saison.
Le lendemain, descente par Chanrion (la cabane semble ouverte) et retour sur Mauvoisin... pour cette dernière partie, j'ai regretté le vélo. Quoique, j'étais chargé comme un âne, je suis pas sûr que ç'aurait été une bonne idée.
En tout cas, 2 jours magnifiques. Le paysage est vraiment top.


Chalet Dernier - Vélo

Publié le 21 Septembre 2021

Après les 2 derniers jours à randonner sous la pluie, quel plaisir de retrouver le soleil !
Malgré la bise, les conditions sont très bonnes pour rouler.
Promenade par Orbe, Romainmôtier, Juriens et montée au Chalet Dernier. Le cardio travaille, mais la vue en vaut la peine!
Retour sur Juriens, puis le Cosson et la Praz. J'ai rejoins la route du Mollendruz, pour me laisser rouler jusqu'à la pâtisserie!
Gourmandise et terrasse après l'effort = bonheur.
Bon, ben, encore un peu d'effort pour rentrer à la maison.


Un(e) Folly sous la pluie!

Publié le 20 Septembre 2021

Après avoir pris l'averse pendant une balade dimanche, le lundi semblait un peu moins mouillé selon les prévisions.

Du coup, histoire de prendre l'air, on est allés se promener depuis la Cergneule. Montée au Folly, puis le Molard pour revenir sur le Col de Soladier. Retour par la Planniaz. C'était sympa de prendre l'air.

Par contre, pour l'accalmie, c'était raté. La pluie n'a pas cessé, même si elle était moins forte que dimanche après-midi.

Mais l'ambiance pluvieuse a son charme. C'est pas si mal, au fond.


Passe sanitaire : chantage vaccinal et ...

Publié le 14 Septembre 2021

... dangereuse dérive ?

Il n’est pas dans mes habitudes d’exprimer mes opinions en ligne. Cette fois-ci est donc une exception.

Aujourd’hui est donc entré en vigueur le «pass sanitaire» en Suisse… après beaucoup de débats souvent virulents et un matraque médiatique continu.
Un an et demi de Covid a profondément modifié notre société. S’il est vrai que la virus est à prendre sérieusement (plus de 10’500 personnes ont perdu la vie en Suisse depuis son arrivée dans le pays), les conséquences sur nos institutions et la santé mentale de la population sont tout aussi terribles.

Il y a bien sûr la peur : celle de tomber malade, celle d’infecter nos proches. Il s’agit d’une réaction normale, humaine, dans ces circonstances. Puis, il y a eu les mesures et les restrictions pour enrayer l’épidémie.
Les vagues se sont succédé aux vagues et les restrictions-relâchements ont suivi le même rythme. Pendant ce temps, nous avons été bombardés d’informations en tout genre, généralement contradictoires et souvent mensongères. Il y eu une multiplication d’études et de spécialistes qui sont venus nous expliquer comment faire. On a découvert l’expression de «Fake News». Les médias et autres blogs ont fait de l’audience ou comptabilisé les clics. C’est normal, c’est leur source de revenu. En attendant, ce buzz perpétuel a contribué à cette atmosphère anxiogène et à la perte de nos repères.

Ce climat de crainte associé aux restrictions provoque des dégâts sociaux, notamment chez les plus jeunes et les ados pour qui les relations sont essentielles dans la construction de leur personnalité. La société s’en trouve fragilisée et les stigmates ne vont pas disparaître de sitôt.

Début 2021, lueur d’espoir pour certains et méfiance pour d’autres. Le vaccin est disponible. On nous a expliqué qu’ils sont sûrs et d’une efficacité supérieure à 95 % (un chiffre à faire pâlir d’envie tout dictateur se présentant à une élection). Je n’ai jamais compris comment on arrivait à des résultats pareils après 1-2 mois de recul à l’époque. Mais bon, je ne suis pas suffisamment instruit et je ne comprends pas ces choses, là...Bref, nous allions pouvoir protéger les personnes à risque et retrouver notre vie normale.. c’est ce qu’on croyait… Euréka !!!

Au fil du temps, on apprend qu’un variant Delta est «extrêmement contagieux» et qu’il faut se dépêcher de se faire vacciner. Pas juste les personnes à risque, mais tous les adultes.
C’est le début des pass ou certificats sanitaires. Je me souviens des débats en France où le ministre de la santé disait en mi-juillet que 96 % des personnes ayant contracté le Covid avec symptômes n’étaient pas vaccinées. Le message était clair, il a été repris par le président français : le vaccin diminue fortement les contaminations et les non-vaccinés sont des égoïstes et de mauvais citoyens… en gros...
En attendant, on encourage la piqûre qui permettra le retour à la vie normale. Beaucoup accepteront l’injection avec la motivation de profiter de l’été, voyager et sortir… vraiment altruiste, en effet.
Le débat pro/anti vaccin s’est fait virulent de chaque côté. Les «anti» se sont distingués de nombreuses fois par des bêtises abyssales et des théories fumeuses. De leur côté, beaucoup de «pro» ont aussi fait fort dans les exagérations et approximations.
Notamment, on a donné l’image qu’une personne réticente à la vaccination (ses raisons peuvent être le manque de recul, l’efficacité incertaine, risques d’effets secondaires, intérêt trouble des pharmas, etc) est forcément complotiste, bas de plafond, extrémiste de droite et égoïste… un imbécile, quoi.
Est-il interdit de penser différemment ? Peut-être pas (pour l’instant), mais ça devient mal vu.

Personnellement, j’étais là avec mes réticences et une certaine prudence. Non, je n’étais pas prêt à l’injection, mais la prudence était de mise aussi avec le Covid. Pas de vacances à l’étranger, éviter, les grands rassemblements, gestes barrières et masque lorsque nécessaire. Etre réticent au vaccin, ne veut pas dire être corona-sceptique, ni fasciste, etc...
L’été est arrivé, les gens ont voyagé. Si l’on regarde les statistiques de l’aéroport de Genève 2020-2021. On voit que le nombre de vols a fortement augmenté sur la période estivale. L’Euro Foot a baladé des milliers de de fans à travers toute l’Europe, notamment dans des régions ou Delta faisait rage. Gros relâchement également… le vaccin va mettre fin à l’épidémie et le retour à la normale est pour bientôt.
Là, j’avoue que j’étais sceptique. Ou est la logique ? On a un variant qualifié de «très virulent». Mais pour les voyages, même dans les zones à risques, le pass Européen suffira. Ben voyons.
A l’époque, je m’étais déjà fait la réflexion : au cas où ça tourne mal – et ça risque bien – ce sera sûrement de la faute de ces égoïstes non-vaccinés.

Entre-temps, les cas sont montés et on a commencé à comprendre que le vaccin n’empêchait pas les contaminations. Les pays qui ont fortement vacciné connaissent une recrudescence de cas assez similaire à ceux qui sont restés à la traîne.
Les gouvernements (s’)affolent, la presse s’emballe, on nous montre la situation dans certains hôpitaux. Le message change : si on ne dit plus tellement que les non-vaccinés propagent le virus, ils sont maintenant responsables de la surcharge des hôpitaux. Il y a peut-être une partie de vrai, mais jamais on ne dit que la rapide propagation peut avoir été favorisée par des voyageurs soucieux de profiter du soleil !! Je pense à la Martinique, par exemple.

Le débat s’est pourri entre pros et antis. Il y a de la désinformation de chaque côté. Mais les gouvernements et les médias «mainstream» ont une lourde responsabilité dans cet état de fait.
Etre réticent revient à être égoïste, irresponsable, un mauvais citoyen.

Je ne suis pas anti-vaccin en soit. Il me semble être un outil à utiliser, en complément d’autres moyens. Les données de l’OFSP au 1er septembre sont intéressantes. 8’936 hospitalisations depuis
le 27.01. Avec 172 hospitalisations de personnes vaccinées à cette date (près de 52 % de personnes entièrement vaccinées à ce moment-là). Ce résultat peut encourager à la vaccination. Il faut néanmoins garder à l’esprit que l’efficacité diminue avec le temps. Certains pays ayant vacciné rapidement et fortement préconise la 3ème dose. Et il est fort à parier que celle-ci administrée chez nous dans les quelques mois à venir.
Aussi, SwissMedic a publié des statistiques intéressantes au 1er septembre. Sur les 5 mios de personnes entièrement vaccinées, il y a 6’603 déclarations d’effets secondaires, dont 2’161 graves.
Si on met en perspective avec les hospitalisations Covid, on voit que bénéfice n’est pas 100 % et le risque est loin d’être 0 % aussi ! Pour les personnes de catégorie «à risque» (âgés, malades), le ratio est clairement en faveur du vaccin. Pour les jeunes et en bonne santé, cela me semble beaucoup moins évident et ne justifie pas la vaccination obligatoire.
La décision de ce faire vacciner ou non doit rester personnelle… mais on n’en prend pas la direction et c’est inquiétant.

Le pass sanitaire n’empêche pas les contaminations.
Quelle logique d’imposer un pass dans les musées, au théâtre et autres lieux de vies communs, voire dans les stations de ski (l’idée est lancée en Suisse, même si on a gardé les stations ouvertes l’hiver dernier sans problème) ???

Ce n’est pas tant le fait de ne pas pouvoir aller au restaurant ou à la salle d’escalade qui gêne (on a appris à s’en passer assez longtemps). Par contre, on parle de plus en plus de l’appliquer dans les universités, les entreprises, les lieux ou il sera difficile de s’en passer

Il est clairement une «récompense» pour ceux qui ont fait le pas, voire une «punition» pour les récalcitrants. Le communiqué de presse d’EconomieSuisse du 25.08 est éloquent à ce sujet : il est parlé de «tenir la promesse faite aux vaccinés». Qui vous a fait Dieu pour décider qui doit être récompensé ou puni ??? Il ne me semble pas qu’une épidémie fonctionne sur les principe de punition ou rétribution.
Le pass est un chantage vaccinal qui dit à peine son nom !

Avec ce certificat, on distingue clairement les «bons» des «mauvais» et on stigmatise toute une catégorie de la population. Cela rappelle le début de nombreux épisodes sombres dans l’histoire. J’exagère peut-être, mais il s’agit du même mécanisme et on ne sait pas encore où cette histoire va nous mener.

Nous avons des décisions qui ont été prises en utilisant la peur, en divisant, en utilisant souvent d’approximations et de contre-vérités. Finalement, en imposant de façon autoritaire. En Suisse, cela peut sembler plus feutré (la main de fer dans un gant de velours ?). Ayant suivi le débat chez nos voisins, cette politique a pris des tournures inquiétantes… nous nous en approchons.
Des décisions utilisant de tels leviers sont sans nul doute malsaines et dangereuses.

Le pass sanitaire pose aussi la base du contrôle du comportement de la population. Complotiste ?? Il n’est pas difficile de penser que dans un avenir proche, il pourra être conditionné à une 3ème dose, puis à une suivante…
Et si d’autres épidémies se produisent (vraisemblable) ? On peut même imaginer, si on est tordu, qu’un gouvernement qui réduit les capacités hospitalières pour faire des économies va utiliser le principe du pass lorsque les hôpitaux seront saturés par une forte flambée de grippe. On peut penser à beaucoup d’autres applications. Le modèle chinois pourrait aussi donner des idées.

Alors que nous mettons en place une société à deux vitesses afin de contraindre les récalcitrants au tout-vaccin pour combattre une épidémie qui tue, mais sans commune mesure avec la malbouffe, la pollution, l’alcool, le tabac, qu’est-ce qui est fait dans ces domaines? Il faut rappeler qu’un grand nombre de décès dus au Covid sont également liés à ces facteurs ! Et là, rien ?
Pourquoi pousse-t-on une solution unique (le vaccin) jusqu’à stigmatiser ceux qui pensent différemment ? Quels sont les intérêts en jeu ?

Ce n’est pas le Covid que je crains le plus, même si je fais attention à m’en protéger et protéger les autres.. raisonnablement, sans paranoïa non plus. Ni même le vaccin.
Le monde d’après Covid sera différent de celui d’avant. Il pourrait être bien être bien pire.
C’est ma plus grand peur.


Balade sous Penthéréaz

Publié le 22 Août 2021

La météo est moins clémente qu'hier. Ca tombe bien, car il fallait un peu reposer les cuisses.

Du coup, une petite promenade entre Penthéréaz et le moulin de Chavornay permettra d'un peu se dégourdir les jambes et prendre l'air.

Le coin est toujours bien sympa et la météo a permis des contrastes assez intéressants... et je suis content d'avoir évité la douche.

Mmmh, j'ai bien cru que j'allais avoir quelques difficultés à démarrer la partie rando: les mûriers appelaient à la dégustation, un régal !


Col de la Croix et Col des Mosses…

Publié le 21 Août 2021

.. par quelques variantes
Cela faisait un moment que je voulais faire une combinaison à vélo là-haut, mais l’idée de chercher mon souffle au milieu des motos et bagnoles ne me plaisait pas trop… jusqu’à ce que je dégotte un itinéraire qui permet des variantes bucoliques, mais pas forcément plus courtes.
Malgré la chaleur annoncée, c’est le bon moment pour tenter le coup.
Départ de la gare d’Aigle. Une première partie vraiment routière jusqu’à Bex (avec la piste cyclable séparée de la route, ça passe tout seul). De là, monter aux Plan-sur-Bex par l’Avançon et l’usine électrique. C’est l’itinéraire VTT, mais c’est en bitume… ça monte pas mal. Cette portion est interdite aux voitures. Retour sur la route avant les Frenières. La circulation ne gêne pas trop. Des Plans, il y a une traversée sympa pour atteindre Gryon par «les Pars». Montée à Barboleuse.
De là, j’ai pris la route des Frasses (ça monte bien) et continué la petite route bucolique qui va sur Taveyanne. Vers champ de Gryonne, j’ai pris la route partiellement bitumée qui amène à la route du Col de la Croix.
Pause buvette au Col.
Descente côté Diablerets jusqu’au virage 1’659. De là, un peu de découverte par la piste VTT. Continué par la Forclaz. Trouvé la petite route direction Vers-l’Eglise. Remontée sur le Rosex. De là, montée aux Col des Mosses par les Voëttes. A l’arrivée sur la grande route, on peut en fait prendre l’itinéraire VTT.. un peu gazonné pour arriver près du col sans avoir trop pris la route.
Pause panaché-tarte sous le col… c’est qu’il fait soif !
Descente à la Lécherette. Puis, pris la route qui passe vers l’Hongrin et remonte aux Agittes.
Superbe, mais longue et raide descente jusqu’à Yvorne. L’arrivée vers les vignes est vraiment sympa.
De là, j’ai préféré rejoindre Villeneuve par la route plutôt que retourner sur Aigle. Bof, c’est de la route et ça circule, mais ça va.
De la gare de Lausanne, encore quelques coups de pédales me ramèneront à la maison.

Vraiment un bel itinéraire. Top classe en évitant pas mal la circulation. Les quelques variantes m’ont beaucoup plus.
Une super journée sur le vélo et une belle ambiance tout du long !


Emosson… en diligence

Publié le 06 Août 2021

J’en pouvais plus de tourner en rond avec cette météo. Aujourd’hui il fait beau, c’est le moment de tenter un truc qui me trottait dans la tête depuis un moment : la route des diligences, de Vernayaz à Finhaut. C’est un itinéraire VTT, mais d’après mes renseignements, ça passe en gravel. Feu !!!

Pour l’échauffement, départ de chez moi à la gare de Lausanne. Puis, trajet en train pour Martigny.
De là, un bout de route jusqu’à Vernayaz. La route des diligences démarre vers l’usine électrique. Il faut savoir qu’il y a un chemin dans cette raide forêt.
En fait, il est très astucieux et, si ça monte bien, ce n’est jamais extrêmement raide. Le chemin est plutôt bon, sans trop de trous ni gros cailloux… en gravel, il faudrait quand-même être prudent à la descente. Néanmoins, 37 lacets pour cette première section. C’est du boulot. Ensuite, ça monte encore un peu jusqu’à Salvan où je reprends la route. Montée au Trétien. Jolie petite route panoramique et gorges du Triège. Le village du Trétien est bucolique. La piste reprend ensuite. Et de nouveaux lacets… pas 37, mais le travail reprend et ça monte bien par endroits.
Arrivée à Finhaut. C’était pas l’idée de monter à Emosson, mais je voulais aller à la Léchère. Puis, hésitation… j’ai encore un peu de jambes… j’ai le temps et il fait beau. Montée au barrage pour manger un morceau sur la terrasse avec cette vue splendide. Ca fait tout drôle : quand je monte là-haut, c’est normalement mon point de départ. En fait, là, ça me va bien comme ça.
Redescente pour atteindre la route Chamonix – Martigny. En fait, la partie jusqu’à la Forclaz est le pire moment : il y a pas mal de bagnoles et motos et ça roule vite. Le pire était le tunnel avant Trient. J’avais pris la lampe arrière (heureusement), mais pas celle avant. Le tunnel est mal éclairé et les bandes blanches sont un peu usées. Il y a un risque de se manger le trottoir. Ensuite, la montée à la Forclaz passe bien, mais le vélo de route avec circulation, c’est moins mon truc.
La descente sur Martigny était chouette. On n’est pas beaucoup sur la grande route. Petite route très roulante sur la Caffe. Puis, un peu de grande route que l’on quitte pour descendre au Fays. Et là, c’est très joli. L’itinéraire descend à travers de jolis villages et vignes avec vue sur Martigny. Attention à ne pas louper le chemin en finissant au Brocard.. sous peine de remonter un bout :-)

On fini avec le vent à Martigny. Retour en train et comme je ne suis pas fan du métro et LEB avec vélo aux heures de pointe, le retour se fait à vélo.

Magnifique journée combinant vélo ET montagne. Que demander de mieux ? En plus, les condis étaient top : beau, mais pas trop chaud. L’humidité ne gênait absolument pas, car les graviers étaient généralement secs. Un tout beau tour.


Boucle en Gruyère et Lac Noir

Publié le 17 Juillet 2021

Après les pluies de la semaine passée, je me demandais un peu ce que j’allais trouver. Finalement, c’était plutôt pas trop mal. Les routes sont généralement sèches, mais il y a quelques bonnes résurgences et les sous-bois sont humides.. ça rafraîchit. Le temps était plutôt grisouille avec une bonne bise. Mais j’ai eu des beaux moments de soleil également.

Départ de Broc, vers la piscine, pour suivre la route à vélo 59 entre le Lac de la Gruyère et la Berra. Bonne route, heureusement pas trop de voitures. Un petit crochet par Pont-la-Ville et Treyvaux. Déjà une montée bien casse-pattes à Bonnefontaine (l’entraînement pour la suite). L’arrivée à Plaffeien sera un peu sous la grisaille. Va-t-il pleuvoir ? La route du Lac Noir n’est pas la partie la plus intéressante. Un peu de trafic, mais pas trop. L’itinéraire VTT/rando a souffert des crues.

Les choses sérieuses commencent au Schwarzsee après s’être sustenté à la boulangerie locale. La montée au Eichelspass est bien raide. Souvent en gravier et caillasse, mais les parties les plus raides sont bétonnées… heureusement !! On prend vite de la hauteur et le Lac Noir se présente plutôt dans une couleur brune.
Après Unter Bödeli, ça devient moins raide, mais il faut encore s’employer pour arriver au col. En tout cas, mes cuisses s’en souviendront !!!

La descente sur Jaun est sur le goudron, mais c’est raide et il faut quand-même être attentif.
A Jaun, je retrouve la route roulante qui mène à Charmey. Petite pause aux Invuettes pour reprendre des forces.
La suite se passe bien. A noter que la route du Motélon menant au Pralet est fermée suite aux intempéries. La route à vélo vers Montsalvens passe bien.
J’ai aussi essayé d’aller voir les gorges de la Jogne. Fermées également.

Une fois arrivé en bas de Broc, je suis encore allé faire une petite boucle au Pont qui Branle et retour vers l’aérodrome d’Epagny.


Andermatt – Zürich et quelques détours

Publié le 12 Juillet 2021

Quel bol pour ce week-end de 4 jours. Beaucoup de pluie avant et après. Aussi, un bel orage le samedi soir. Mais jamais pendant qu’on roulait.

On a rejoint Andermatt en train. C’est long, mais reposant. Montée à l’Oberalp Pass. La neige couvre les sommets les plus hauts… quand on les voit.
Descente par Disentis, d’abord sur route, puis les pistes à vélo. Malheureusement, les orages des derniers jours nous ont barré le chemin. On a essayé de passer, mais ça nous a valu les pieds boueux et le regard réprobateur d’un vieil habitant qui nous avait bien averti ;-) 1ère nuit à Ilanz. Bon hôtel et bien mangé.
Jour 2, descente sur Bonaduz par une petite route offrant des paysages spectaculaires sur les gorges du Rhin. Puis, montée à Tamins pour ensuite passer devant Choire. On roulera sur Landquart et on fera un petit détour par les vignobles de Malans et Jenins. On reprend la route du Rhin jusqu’à Sargans.
De là, une route paisible nous mène au Walensee. Baignade à Unterzen pour celles qui avaient le maillot de bain (donc, pas moi!). Rude dernière montée (heureusement courte) pour atteindre le magnifique hôtel à Quarten. Le paysage est splendide avec le lac et les Chursfisten. L’ambiance est encore plus top par une nuit d’orage.
Jour 3 : on longe le Walensee par la piste à vélo parfois à flanc de parois ou carrément à travers des galeries. Puis, on part à Glarus. Montée au Klöntalersee. C’est joli, mais ça grimpe sec pour y arriver. Au bord du lac, la route est coupée, mais les 2 roues peuvent traverser. Ce qui est chouette est qu’il y a donc très peu de bagnoles pour aller au col Pragelpass. Mais les mollets doivent travailler.
Après le col, descente par une route raide, étroite et cahoteuse qui ramène dans le Muotathal. De là, on ira à Seewen, en dessous de Schwyz pour dormir dans un hôtel au bord du lac Lauerzersee.. du coup, carrément dans le lac : le parking est inondé par les dernières pluies.
Jour 4 : direction Zoug. La route à vélo pourrait se faire en pédalo sur une courte section. C’est rigolo, mais ça mouille les pieds. Café à Zoug, puis on continue sur Zürich par la campagne zürichoise et le Türlersee. L’idée est de ne pas rentrer trop tard, histoire de finir avant les pendulaires et les orages annoncés. Mission réussie, on tiendra le timing et j’arrive donc chez moi avant la pluie… et les pendulaires.

Belle excursion dans des paysages variés et magnifiques. Le tout avec une équipe super chouette !
Que demander de plus ???? Mmmh, quelques jours de vélo en plus ?


Rando à la Tour de Famelon et les Truex

Publié le 19 Juin 2021

Une belle journée avec 2 amis vers la Pierre du Moëllé

Ca n’avait pourtant pas super bien commencé : d’abord, la météo était grise avec même quelques gouttes au matin. Puis, l’idée initiale était d’aller du côté du Lac Tanay pour aller à la Grande Jumelle
Je savais qu’ils avait mis en place un système de parking… mais je pensais qu’en partant tôt, ça ne devait pas poser de problèmes. Pas d’indications à Vouvry, mais arrivés à la bifurcation pour l’usine de Chavalon, la seule option était le parking de l’usine. Comme ça rajoute pas mal de bitume, on essaiera une plan B.. vers la Pierre du Moëllé.
La montée depuis Aigle est aussi peu agréable : travaux, feux et bouchons… mais bon, on arrivera en haut.

Il fait très chaud, humide et l’atmosphère est particulièrement brumeuse.
Montée par les Chaux. Ensuite, on ne contournera pas par le Nord. Pas mal de neige encore dans les pentes assez raides. On longera les falaises Est pour rejoindre le sentier venant du Fer. Encore un peu de neige, mais pas gênant.
Montée à la Tour sans histoire. Puis, on ira sur les Lapiaz des Truex encore passablement enneigés. On verra si ça passe…. Ça passe ! Heureusement, c’est pas trop raide et les trous sont bien bouchés.
Du sommet, descente par le lac Segray qui commence juste à sortir de la neige. Retour par les Corbex. Descente sur le Fer et la Badause pour remonter à la Pierre du Moëllé sous un ciel de plomb.
Heureusement, la terrasse est ouverte. Rafraîchissements bienvenus.

Une rando bien sympathique.


Ambiance avant l'orage

Publié le 17 Juin 2021

Malgré une chaude journée, l'envie m'a pris de ressortir le vélo pour une courte balade afin de profiter de l'ambiance particulière qui précédant l'arrivée de l'orage.

Il fait chaud et lourd. Le tour ne sera pas très long, histoire de ne pas finir sous l'averse.
Petite sortie sans prétention, mais super. Bon, il faut bien garder la bouche fermée, sans quoi on fini par manger pas mal de moucherons... beurk


Vélo sur les hauts du Mollendruz

Publié le 30 Mai 2021

Le printemps arrive, et on va en profiter.
Températures idéales. Pas trop chaud, ni trop froid. S’il n’y avait pas cette bise décoiffante (et un peu fraîche en haut), ç’aurait été parfait.

Descente à Chavornay pour retrouver mes équipières du jour. Itinéraire original, par des routes peu fréquentées. Après Orbe, montée sur Bretonnières. De là, par de des routes un peu secrètes, on rejoint la route entre Premier et Vallorbe. Depuis Poimboeuf, c’est une rude montée pour atteindre le Plâne, au dessus de Vaulion. Puis, encore une petite route par les Maisons Doubles pour atteindre Pétra Félix.
Direction Mollendruz. Avant d’atteindre le col, on est montés sur Pré de l’Haut. J’ai continué par un petit crochet sur Châtel et un dernier bout à pied pour atteindre le sommet et admirer le panorama. Grosse descente sur l’Isle par une route tranquille, mais bien pentue.
Retrouvailles autour de bonnes pâtisseries sur une terrasse ensoleillée. Elle est pas belle la vie ?

Retour par quelques variantes forestières et bucoliques au bois de Grancy. Descente jusqu’à Bussigny pour une dernière montée qui m’amènera à la maison.

Belle journée avec des montées bien solides. Celle au dessus de Vallorbe est une grosse bavante.
Les paysages étaient chouettes et les couleurs printanières sont magnifiques.

Pour info, la buvette de Châtel ouvrira le 3 juin.


Un peu de grimpe et rando aux Aiguilles de Baulmes

Publié le 29 Mai 2021

Ca faisait longtemps... on m'a proposé de grimper un peu. Une petite arête plutôt facile et équipée confort.
Bonne idée, et puis le coin est plaisant. C'est aussi l'occasion de finir par une rando avec une belle vue.
Pour la grimpe, et ben, j'ai pas vraiment retrouvé les sensations. C'était bien d'essayer à nouveau, mais je suis plus à l'aise sur la selle... Et je préfère pédaler.

Après être redescendus pour poser le matériel, on monte à coté des arêtes pour rejoindre la crête par une sente qui fait fonctionner le cardio.

En haut, la traversée offre de jolis points de vue. La météo est agréable, malgré 1 ou 2 petits nuages, somme toute, inoffensifs.

Une belle journée vers ces aiguilles.


Arboretum

Publié le 13 Mai 2021

Jour pluvieux, venteux et frais... pas trop envie, ni de rouler, ni d'aller en montagne.

Journée idéale pour aller traîner l'appareil photo du côté de l'arboretum.
En plus, la météo s'améliore durant la balade.

Tranquille et agréable. C'est vraiment joli et ça vaut la peine de visiter. Heureusement, il n'y avait encore pas trop de monde.


Tour du Mont Pélerin

Publié le 09 Mai 2021

Un classique dont je ne me lasse pas!

Vraiment une belle promenade du dimanche. Le panorama sur le lac est magnifique et le parcours est varié. Quel plaisir d'y rouler.
Cela vaut la peine de prendre l'itinéraire à vélo entre le Pigeon et Puidoux (no 478), car le paysage est superbe. Par contre, c'est loin d'être plat.
Montée à l'antenne, pour épicer un peu la journée.

Retour par Mézières et quelques variantes dans le Jorat.
A peu près 5h dehors. Avec une si belle météo, c'était parfait. Il y a de beaux paysages à admirer, les parties en forêt ou dans la campagne sont agréables.
La saison du vélo bat son plein!


Promenade printanière au Jorat

Publié le 08 Mai 2021

Une petite balade plus pour prendre l'air et se dégourdir les jambes.
Au dessus de Villars-Tiercelin, se trouve le sentier handicap & nature. Idéal pour flâner et y traîner l'appareil photo.
En plus, c'est vraiment bien fait et il y a des endroits très sympas.

Aussi l'occasion de sortir le vélo pour y aller.
Belle promenade.


Creux du Van et Gorges de l’Areuse à vélo

Publié le 25 Avril 2021

Ca s’annonçait être une belle et grande boucle. Tout d’abord, la météo était quasi parfaite : faible bise en allant, donc pas trop gênant. Un peu plus forte au retour. C’est bien d’avoir le vent dans le dos.
Pas trop chaud et super beau. Dommage que le ciel n’était pas super clair pour la vue, … mais on chipotte ;-)

Itinéraire : Cheseaux – Chavornay - Mathod – Vuiteboeuf – Villars-Burquin – Mauborget – Creux du Van (avec une balade à pied pour admirer la vue… et une loonngue attente en terrasse pour .. 2 salades)… - Travers – Gorges de l’Areuse – Boudry – Bevaix – Yverdon – Chavornay – Cheseaux.

Une longue bambée pour un début de saison qui promet.
C’est varié, c’est magnifique. Monter au Creux du Van, c’est vraiment joli. La descente des gorges à vélo, c’est un peu rock’n’roll, mais très chouette. Et aussi, les hauts du littoral Neuchâtelois par l’itinéraire à vélo est splendide.

Une bien belle journée qui fait vite oublier l’hiver et le surf ;-)


Vélo rando en forêt ?

Publié le 24 Avril 2021

Par cette belle journée de printemps, c’était une promenade comme je les aime.

Je suis parti à vélo vers la forêt entre Pampigny, Ballens et Montricher dans l’idée de combiner vélo et rando à pied.
Bon, le concept ne marche pas trop bien, car une fois sur place, je n’arrive pas à me motiver pour descendre de selle. Donc, pour la partie rando, c’est un peu raté.

C’est toujours un plaisir certain d’explorer les petits chemins et de voir où ils mènent. Et puis, on est si bien en forêt.

Retour par les Moulins de Chavornay… ça fait bien chauffer les mollets, pff.
Vive le printemps et les belles journées à rouler


Balade au Nozon

Publié le 11 Avril 2021

Après le vélo-qui-décoiffe hier, randonnée tranquille au Nozon avant la perturbation du dimanche après-midi.

Toujours une belle façon de recommencer la saison d'été en douceur. Le printemps qui s'éveille est un moment magnifique.
Belle boucle pour le plaisir des yeux... et s'oxygéner aussi, en passant.


Le bon ride de Pâques

Publié le 04 Avril 2021

3 jours à profiter de la neige entre l’Oberland Bernois et la Suisse centrale. Un dépaysement bienvenu.

Départ le jeudi soir pour le Kiental. Vendredi, on monte à Griesalp. Depuis Tschingel, cela se passe à pied avec surf et skis sur le sac. A partir de Griesalp, c’est bien enneigé. Neige un peu lourde en bas, mais plutôt très bien en haut. On ira au Hohtürli pour admirer la Blumlisalp et apercevoir la cabane. Quelques autres randonneurs sur place, mais ce n’est pas la foule. Les pentes sont larges et, suprise, la neige est encore poudreuse en haut. Plus bas, ce sera printemps, mais du beau ride.
Très belle découverte avec des beaux itinéraires et des pentes super sympa. A refaire, c’est sur !!!

Puis, départ pour Engelberg. On dormira en ville. Excellent restaurant indien.

Jour 2 : l’idée était de monter au Grassen en passant par le bivouac. Ciel gris, humide et visibilité carrément mauvaise. De plus, neige bien pourrie en bas, et l’enneigement est faible. Tous ces éléments nous feront renoncer.
Au final, on ira en station, au Titlis. Au dessus du brouillard, c’est magnifique, mais un peu frais. Les pentes du haut, sont béton. Vers la limite du brouillard, c’est meilleure. Puis, une fois dans la purée, la visibilité est quasi nulle. On ne voit parfois pas le prochain piquet. Dernière descente assez pénible. Finalement, on a bien fait de renoncer au Grassen.

Jour 3 : le soleil est revenu, mais il faut un peu monter pour trouver de la bonne neige. Nouvelle tentative à Bannalp. Cette fois-ci sera la bonne. Montée pour atteindre un col entre Ruchstock et Lauchersntock. L’idée initiale était Ruchstock, mais comme la neige était dure depuis le début, tout c’est fait avec les couteaux. Et la perspective de la dernière pente raide qui risque d’être béton à la descente, nous a fait opter pour le col. Descente quand-même dure au début, malgré une bonne attente. On continue sous Lauchernstock pour entamer une belle descente. Encore assez dur en général, mais les pentes orientées Sud-Ouest sont bien revenues. Magnifique itinéraire. Excellente journée.

3 jours de plaisir dans la neige. Etait-ce la dernière sortie de la saison ? Probablement, à moins que de belles conditions se profilent à nouveau. Sinon, ce sera le plaisir du vélo.


De la poudre dans le Val d’Arpette

Publié le 21 Mars 2021

On était 3 et on voulait encore profiter de ces conditions hivernales. Direction le Val d’Arpette qui a beaucoup d’options à offrir. Le col des Ecandies ferait déjà un bon objectif de balade.

J’emmène aussi le piolet et les crampons en espérant que le col d’Arpette soit en conditions. Mais par degré 3 d’avalanches, c’est pas gagné.
En fait, le couloir a été monté jusqu’au dessous du final raide. Ceci, pour les 2 variantes. Finalement, je décide de tenter la branche Ouest, alors que mes partenaires monteront aux Ecandies.
2 personnes avant moi, qui s’arrêteront aussi avant le final raide. Il y a une trace bizarre traversante, probablement des gens venus de l’autre côté. Je m’arrêterai un peu au dessous de 2 autres.

Descente magnifique et en poudre bien légère et profonde !!! Exactement comme je les aime. En plus, il y a encore de quoi tracer. Bonheur !
Je retrouverai mes partenaires dans le vallon, au soleil pour une descente commune. Après, c’est bien tracé, voire pisté, mais la neige est très bonne.

Pas mal de monde aux Ecandies et aussi du côté du Six Carro. Les couloirs Nord semblent avoir été skiés partiellement. De visu, celui de la Petite Pointe d’Orny était vierge. Mais la nivologie était délicate.

Encore une belle journée dans la poudre.


Jour de printemps à vélo

Publié le 21 Février 2021

Par ces températures exceptionnellement douces, le vélo était l'activité idéale.
Même en partant en fin de matinée, il ne fait pas froid.

Avec la sympathique équipe habituelle, on pédalé entre Gros-de-Vaud, Moudon et Jorat. Avec un arrêt resto chinois... (à l'emporter, mais sur un banc au soleil à Moudon). Miam!

Les bonnes habitudes reprennent ;-)

Il fait quand-même bien trop doux pour la saison et dans un sens, j'aimerais bien revoir encore un peu de neige fraîche...


Deux jours vers les Haudères

Publié le 18 Février 2021

Nous étions 3 à partir pour mercredi et jeudi.
Quel changement par rapport à la neige de la semaine passée : le soleil a bien travaillé. Il ne faut plus trop espérer trouver de la poudre, sauf assez haut et à l’ombre.
Le mercredi, on est montés depuis Pralong jusqu’au col au Sud du Métailler. Visite de la bosse 3’147.
La dernière partie était assez rude à tracer. C’est assez raide et la neige manquait un peu de consistance. De plus, il fallait éviter autant que possible le couloir évident à droite… risque de chutes de corniches. Mais ça valait la peine, car la neige était bonne. Plus bas, dans les parties ensoleillées, bien revenu et agréable. Ensuite, c’était juste affreux : on était un peu tard et l’ombre était revenue. La neige avait durci : croûte, traces dures…

Nuit aux Haudères… en espérant que ce soit réparateur.

Apparemment, le repos fut bon. Départ pour la Gouille et tentative du Mont de l’Etoile. Couteaux plus qu’utiles pour la montée au Lac Bleu… et pas qu’en split.
Puis, c’était pas mal avec le soleil. Promesse d’une neige revenue. Sous les dernières pentes, les nuages ont fait leur apparition, ce qui laisse à présager que la neige ne sera pas si molle. L’heure tourne également et la fatigue d’hier se fait sentir. Demi-tour.
C’est moins pire qu’hier dans la descente, mais ça secoue quand-même bien et on est contents d’arriver en bas.

Mmmh, le printemps arrive un peu trop vite, du coup… bon, si ça continue, ça va être top.. pour le vélo.


De la glace

Publié le 15 Février 2021

A la Mèbre.

Petite promenade matinale pour profiter un peu de la glace avant qu'elle ne fonde.

Bucolique.


Entre Suisse Centrale et Tessin – Käppeliberg

Publié le 14 Février 2021

1er jour d’une semaine de 6 jours à déguster la neige entre la Suisse Centrale et le Tessin.

Visite d’un spot entre Schwyz et Uri. C’est à l’Est du Lac des 4 Cantons, dans le Riemenstaldner Tal. Cette vallée s'atteint par une route raide au départ de Sisikon. A Käppeliberg, se trouve une petite remontée mécanique assez rustique. Celle-ci permet d’épargner quelques centaines de mètres. Ce qui laisse de l’énergie pour faire plus de choses en haut. Et cela vaut la peine. Il y a pas mal de belles courses à faire dans une ambiance très chouette. Une super découverte pour moi. Il faudra revenir !
Nous avons fait Rossstock et Hagelstock en boucle, en passant par la jolie crête du Siwfass.

Une neige superbe, des paysages splendides et des descentes vraiment belles. En plus, c’est bien sauvage. Attention à la descente, il vaut mieux éviter par brouillard, car il y a quelques barres.
Après une belle journée, on reprend la route pour le Tessin.


Entre Suisse Centrale et Tessin – Bedretto

Publié le 14 Février 2021

Jours 2 à 4 du séjour. Le point de départ sera dans un hôtel à Ronco. C’est confortable, on mange plutôt bien et il y a un spa. Ce qui est agréable par cette période de COVID.
Que de neige ! Je pensais que Käppeliberg était bien enneigé… ici, c’est encore mieux ! Juste dommage que le danger d’avalanches reste marqué. On restera sur des itinéraires pas trop raides.
La première sortie sera au Poncione Val Piana. Très beau, avec une orientation Nord qui assure une neige excellente. Il y a un peu de monde, mais ça va encore. On redescendra par le Val Piana juste au Nord, ce qui fait une boucle. Sauvage et vraiment sympa.
Le mercredi est moins bon : vent, neige et visibilité moyenne. On monte à la cabane Piansecco par le couloir. Neige croutée et pas sympa. Des futurs chefs de course sont en exercice. On ne dépassera pas la cabane. Redescente dans une neige peu agréable.
Pour ne pas rester sur une mauvaise impression, je remonte en direction du Pizzo Cavagnoo jusque vers la ligne haute tension. Bonne pioche : la neige est bien meilleure.
Pour le dernier jour, ce sera la Cabane Cristallina depuis Ossasco. On montera au Passo Gararesc. La tentation de passer de l’autre côté était grande, mais vu le risque d’avalanches, on reviendra sur nos trace. Ce qui est dommage, car la descente est longue et peu intéressante (pas mal de traversées et replats). Mais le paysage est magnifique.
Départ pour le canton de Nidwald.


Entre Suisse Centrale et Tessin – Obwald, Nidwald

Publié le 14 Février 2021

Dernière étape. Une nuit à Buochs. Pas de restaurant dans l’hôtel. Il faudra chercher de la nourriture à l’emporter… pandémie oblige.
On monte à Bannalp. Stratus en bas. Et un peu de vent en haut. Des nuages qui arrivent et de légères chutes de neige. On monte un bout dans un vallon assez pentu en direction du Ruchstock. Mais il y a des accumulations de neige et la visibilité baisse. On fera demi-tour. Puis on part vers le Chaiserstuel. Là, aussi, on devra retourner. Pas à cause du risque d’avalanches, mais par manque de visibilité. On redescendra sur la vallée, l’itinéraire est sympa. Manque un peu de neige vers le bas.
Nuit à Sarnen : ambiance et gastronomie très locale. En fait, comme il n’y avait qu’une autre table, on n’avait pas le choix.
Montée à Melchsee-Frutt, juste au dessus du stratus. Il y a du monde, mais ça passe finalement assez vite.
On ira au Rotsandnollen (j’avais fait il y a fort longtemps). Longue traversée à plat. Au soleil, il fait chaud. Ensuite, on attaque la montée. Finalement, la montée passe assez vite.
Super vue et jolie descente variée. Manque juste aussi un peu de neige tout en bas. Sinon, c’était parfait.


Balade en splitboard au Chasseron

Publié le 24 Janvier 2021

C’est une première depuis mon unique tentative dans le Jura en snowboard qui s’était terminée en séance de «poussage» sur toute la descente. Depuis, je n’étais pas trop chaud pour réitérer l’expérience. Mais bon, c’était au tout début de ma carrière de randonneur et je n’avais pas de split.

Alors, avec les bonnes conditions de neige et le risque d’avalanche dans les Alpes, je me dis que je vais retenter… et puis, j’y vais en mode promenade avec l’appareil photo au cou et tout. Normalement, je fais ce type de sortie en raquettes.

Il y a quand-même quelques pentes sympa et il y a toujours moyen de redescendre par les pistes.

Donc, départ des Rasses, direction la forêt de la Grande Joux. Là, j’ai pas mal tricoté et perdu l’itinéraire, mais c’était chouette. Je suis tombé sur un jeune Erythréen sympa qui fait de la peau. Il monte un peu comme moi, c’est-à-dire en improvisant. Donc, on part sur La Bullatone et montée par la Crête Nord-Est au Chasseron.
De là, descente au collet entre le sommet et les Petites Roches. Puis, je bascule sur la Merlaz. Pente vraiment sympa et en bonnes conditions. C’est déjà tracé, mais c’est plaisant à rider. Je m’arrête à la Merlaz. C’est seulement une fois que j’ai remis les peaux que je réalise que j’aurais encore pu descendre un bout. Tant pis. Je repeaute pour traverser direction les Avattes. Puis, remontée aux Petites Roches. De là, ça descend plus ou moins par les pistes. Là, j’ai fait une petite erreur d’itinéraire qui m’a amené aux Replans. Retour aux Rasses à pied par la route.

Finalement, c’était bien plus sympa que prévu. Même le tricotage en forêt s’est avéré plaisant en split. On n’enfonce moins qu’en raquettes :-) Et les descentes sont bien plus ludiques.
Alors, oui, le splitboard dans le Jura est moins payant que dans les Alpes, mais ça marche plutôt bien dans ces conditions. D’autant plus que j’étais parti dans une optique randonnée. C’est réussi !

A refaire ?
Idéalement, quand la nivologie sera plus stable, la préférence est d’aller faire de belles pentes dans les Alpes, mais pour la balade, c’est à refaire, oui !


Nouvel-An entre Conches et Binntal

Publié le 03 Janvier 2021

Une fois n’est pas coutume, ce sera un Nouvel-An dans la neige pour un sympathique trio.
Bien que la crise du Corona bouleverse certaines habitudes (le 31 ne ressemblait pas à une fête, pas évident d’aller boire quelque chose après la course, etc,…), nous avons bien profité de la neige et passé le cap en beauté.
Question neige, elle était en quantité suffisante, mais pas très récente, donc assez dure. En tout cas pour les 2 premiers jours. Pour la deuxième moitié du séjour, il s’est mis à neiger. Moins bonne visibilité pour aller en hauteur, mais le ski/surf est plus agréable.

1er jour : Stöckji (2’603 m) à partir de Münster. Une belle crête en haut et des pentes sympas. Un peu dur en bas.
2ème jour : Chly Chastelhorn (2’682 m). A partir de Münster aussi. Itinéraire bien parcouru et très tracé. Le sommet est néanmoins très joli. La vue de la Galmihornhütte est magnifique et la descente en forêt est ludique.
3ème jour : avec la neige, on ne veut pas monter trop haut. Gandhorn (2’460 m) à partir de Fäld, dans le Binntal. On était seuls au monde. En même temps, la météo n’était pas évidente avec pas mal de vent. Heureusement que ce n’était pas plus raide, car ça plaquait bien. Descente avec des passages sympas, même si la neige fraîche ne bouche pas encore suffisamment les traces.
4ème jour : point 2’506 sous le Tällistock à partir d’Oberwald. Il neigeait plus sérieusement, par contre, moins de vent que le jour précédent. Quelques randonneurs devant nous. Mais personne n’est arrivé en haut, car les risques d’avalanche étaient trop importants. Arrêt environ 30 m sous le sommet. La dernière pente était douteuse.
La redescente était néanmoins sympa, surtout sur les côtés, vers les arbres.

Au final, un beau long week-end qui ne demande qu’à être ré-édité.


© www.joelklay.net v4 2018